29 octobre 2006

flamenco

Depuis quelques semaines je prend des cours de flamenco et il va sans dire, que mon prochain travail artistique , celui que je consacre à l'amourrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr.... pourrait bien être teinté de ces airs andalous...
voici quelques notes sur les origines du flamenco...


" Origines du Flamenco



L'origine du flamenco a donné lieu à des thèses différentes les unes des autres. Nous retiendrons la version qui nous semble la plus juste, mais nous précisons que d'autres explications quant à l'origine même du flamenco existent:

Le genre musical que l'on appelle Flamenco est le produit d'une tradition vivante qui remonte à la plus haute antiquité. Il est localisé dans la région de l'Andalousie, dans le sud de l'Espagne. Au cours des siècles il s'est transformé en une forme artistique très structurée, qui utilise le chant ( cante ), la danse ( baile ), le jeu de la guitare( toques)



Le flamenco est un art traditionnel, un art du peuple :

Modelé par l'expérience de la joie, de la misère et de la souffrance, le flamenco traite des plus profondes émotions qui forment la racine de l'expérience humaine. Il a , en ce sens un attrait universel qui déborde largement les frontières de son Andalousie natale. Cependant, les sentiments dont il parle s'expriment à travers des genres musicaux d'une sophistication extraordinaire, qui, bien qu'ouvert à l'improvisation, sont gouvernés par des règles précises. Le flamenco est né dans la région d'Espagne où se situe encore aujourd'hui le triangle d'Or du grand chant : Séville, Cadix, Huelva.

L'arrivée du peuple gitan va affirmer un art nouveau, inspiré par des cultures diverses :

Parti de l'Inde, de la région du Rajasthan ,dès avant l'an 1000, il se divise pour suivre deux routes principales très différentes: celle du nord ( Turquie, Europe centrale, centre de la France, Catalogne, Andalousie ) qui se ramifie en une branche allant jusqu'en Scandinavie pour se rabattre vers le Sud-ouest en traversant la Prusse et la Hongrie; et celle du Sud ( Syrie, Égypte, Maghreb , Andalousie ) . Ce sont ceux dont l'exode passe par l'Égypte qui créent la légende gitano-égyptienne. Les premiers gitans qui se fixent en Andalousie s'établissent dans les années 1440 à Jaén et à Grenade, dans une zone délimitée où ils sont officiellement admis. C'est dans cette région que tout prend forme. Les gitans venus du Nord rencontrent en Andalousie les frères de race qui débarquent d'Afrique du Nord, venus d'Égypte et d'Inde. Ensemble, ils trouvent sur place tous les vestiges orientaux laissés par les Arabes. Puis chacun apporte des influences artistiques glanés à travers tous les pays qu'ils ont traversé. Le flamenco est issu de la rencontre de ces différents courants artistiques. C'est une synthèse unique, forgée au cours des siècles sur le sol andalou par le peuple gitan déterminé à transcender ses peines et sa souffrance au moyen de la musique, du chant et de la danse. La minorité gitane d'Andalousie va développer cette musique gitane d'Andalousie, qu'on appellera par la suite le Flamenco. Déjà en 1499, les premières lois dirigées contre les gitans étaient apparues et inaugurèrent plusieurs siècles de persécution. Le nomadisme fut déclaré hors la loi. Les personnes qui n'avaient pas d'habitations fixes devinrent susceptibles d'être déportés, envoyées aux galères ou passées par les armes. Aux 17ème et 18ème, même leur langue fut déclarée illégale. C'est vers la fin du 18ème siècle que l'attitude officielle à l'égard des gitans commença à s'assouplir. Ce peuple converti à la religion catholique , va garder secret ses réunions où l'âme gitane se dévoile dans ces chants qui bouleversent celui qui les entend . Ce n'est qu'en 1783 que l'Espagne accorde aux gitans un statut social officiel. A partir de cette période, le peuple gitan sera intégré et il va enfin pouvoir danser et chanter aux yeux de tout le monde. Le Flamenco se répand et se transmet toujours pur à la génération suivante car c'est son patrimoine et sa fierté. . Il est un remède à la souffrance mais c'est aussi une source de joie et de plaisir pour ce peuple et pour certains des payos ( les non gitans ) qui seront initiés à cet art . La souffrance, le peuple Gitan la connaît encore lorsqu'au 20ème siècle 600000gitans sont exterminés par les nazis qui veulent se débarrasser de ce peuple . Ce crime contre les gitans, ne l'oublions jamais!

LES GITANS :



Les Tsiganes, appelés aussi Romani, Rom, Bohémiens, forment un peuple indo-européen d’origine indienne. Il s’agit des Kshattriyas qui, venus du nord de l’Inde, sont arrivés en Grèce au Fixe siècle. Puis, au XIIIe siècle, les Rajputs les ont rejoints. Ensemble, ils ont formé la Romani Cel – le peuple tsigane – d'où leur surnom de «Romanichels», mais ils se nomment eux-mêmes Romané Chavé «fils de Ram» (héros de l'épopée indienne Ramanaya). Ceux qui parlent encore le romani (ou tsigane) – environ 1,5 million locuteurs –, leur langue ancestrale, habitent surtout la Bosnie-Herzégovine, la Roumanie, la Pologne, la Hongrie, l’Albanie, la Grèce, la Slovaquie, l’Ukraine, le Portugal, l’Espagne, la Norvège, la Suède, la France, les Pays-Bas, l’Italie, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.
La langue romani reste l’unique représentante européenne du groupe indo-iranien appartenant à la famille indo-européenne. Le romani a préservé en grande partie l'héritage des langues de l'Inde du Nord, plus particulièrement le hindi et le rajasthani dont il a en commun plus de la moitié du vocabulaire de base. Ils ont étalé leur exode du 5è siècle au 9è siècle de la vallée de l'Indus pour se diriger vers l'Iran.

Rom: Le seul nom que les Tsiganes se donnent eux-mêmes, c’est le nom de Rom (masc. sing.) qui signifie «époux». Il emploient aussi Romni (au fém.) et Roma (au pluriel, masc. et fém.). Tous les autres termes servant à identifier les Tsiganes ont été donnés par des non-Rom. Habituellement, le terme de Rom désigne les Tsiganes d’Europe centrale.

Tsigane: Du mot grec athinganos, tsigane signifie «celui qui ne veut pas toucher ni être touché». Le terme sert à désigner les Rom, indistinctement de leur pays d’accueil.

Gitan: À leur arrivée en Grèce au IXe siècle, les Tsiganes se sont regroupés dans le Péloponnèse au pied du mont Gype. Par la suite, les voyageurs italiens appelèrent ce lieu «la petite Égypte» et leurs habitants Egyptiano. Le même mot a donné Gitano en Espagne et au Portugal, puis Gitan en France et Gypsy en Grande-Bretagne. En France, le mot gitan désigne les Tsiganes du Midi vivant près des Saintes-Maries-de-la-Mer.
Bohémien: Les premiers Tsiganes arrivés en France venaient de la Bohême (une région de la République tchèque actuelle), d'où ce surnom.
Manouche: Ce terme d’origine tsigane provient du mot mnouch et signifie «homme». On dit qu’il sert à désigner la moustache que porteraient la plupart des Gitans. En France, les Manouches sont généralement installés près des rives de la Loire.(photo: une gitane de cordoba; archive graphique CAF jerez)


L'ORIENTALISME ANDALOU :

Il est sur que la civilisation gréco-byzantine à influencée les arts gitano-andalous. Manuel de Falla attribue cette influence au culte orthodoxe pratiqué par l'église d'Espagne jusqu' à l'introduction au 11è siècle de la liturgie romaine.

L'évolution du flamenco :

En 1922, le premier concours de cante jondo est organisé à Grenade. Il contribua à lui conférer ses lettres de noblesse. Prônés par des artistes et des intellectuels de grande renommée comme Manuel de Falla et de Federico García Lorca, le véritable flamenco rencontra à partir de cette période une reconnaissance officielle. Celle-ci fut confirmée par la notoriété grandissante d'artistes comme La Niña de los Peines, Don Antonio Chacon pour le chant, Carmen Amaya pour la danse et Niño Ricardo pour la guitare . (photo: la bailaora Carmen Amaya)

Jamais figée dans son expression, l'interprétation du flamenco n'a cessé d'évoluer tout en respectant sa structure de base qui reste immuable :

Actuellement , beaucoup d' aficionados considèrent le flamenco des deux générations antérieures comme un idéal de pureté et de force d'expression . Cette tendance n'est pas seulement moderne, on la retrouve dans les écrits à propos du flamenco. Cela révèle un malentendu quant à l'histoire du flamenco qui par essence est faite de changements . Paco de Lucia, le guitariste de Flamenco le plus émouvant et le plus populaire déclare que" le Flamenco a trop de personnalité, trop de caractère et trop de force émotive pour garder la même forme toute sa vie." Laissons cet art s'épanouir au contact de la diversité du monde !"

Isabelle Jacq

5 commentaires:

Papilles et Pupilles a dit…

Tout à côté de chez moi il y a une école de flamenco. J'adore passer devant. On entend par les fenêtres ouvertes la musique, les talons qui claquent, les mains qui tapent ; de temps en temps on voit une jupe qui virevolte ! c'est superbe !

vincent a dit…

Nicoooooole : steûplais!!!!
leur dis pas la recette de la truffade et celle du pounti.
tu t'es engagée à ne pas le faire en partant du cantal!!!!

Anonyme a dit…

Pommes de terre (vieilles)
Tomme fraîche
Ail
Graisse de porc (ou huile)
On frotte l'intérieur d'une cocotte en fonte noire avec la gousse d'ail.
On fait fondre une noix de graisse de porc et on met à cuire (à l'étouffée) les pommes de terre essuyées (non lavées); ne pas les faires roussir.
Lorsque les pommes de terre sont cuites, et juste avant de servir, mettre la tome coupée en fines lamelles sur les pommes de terre, remuer sans cesse. Les pommes de trre s'écrasent grossièrrement, et la tome fond, mettre à feu vif quelques instants juste avant de servir pour dorer le fond.
retourner l'ensemble sur un plat de service et déguster sans attendre. sevir avec un CAHORS, et des saucisses...
Moi je balance, quand il s'agit de promouvoir, de faire connaitre.
Le Cantal (mon pays) meurt chaque jour davantage suite à un protectionisme qui n'a pas lieu d'être.
Cantalous si vous voulez vivre, faites le savoir par tout les moyens.

neutron

nicole a dit…

je suis complètement d'accord avec toi Jacques!! il faut partager nos savoirs, même culinaires!!
et que c'est bon la truffade!!

nicole a dit…

vince,t

je ne me suis Engagée à rien en partant du Cantal bien au contraire...