02 septembre 2006

Aurillac





J'y suis née et j'y ai vécu jusqu'à l'âge de 6 ans.... J'y ai passé mon bac ... J'y reviens après 4 années d'absence... Je redécouvre une ville que j'ai longtemps imaginé froide, voire glaciale à tous les points de vue, météo, accueil, austérité de la pierre noire de lave.

Aujourd'hui je suis bien plus positive sur la ville: ouverte sur un festival qui bouleverse les mentalités pendant 4 jours, c'est peu me direz vous, mais terriblement intense...
ville bien plus chaleureuse qu'avant... Mon regard change...Des lieux de culture et d'exposition me séduisent. L'environnement est plutôt sympa, les montagnes sont là, aux portes de la ville. Il faut dire que la ville ne compte que 30 000 habitants (le Cantal 120 000 l'équivalent de la seule ville de Lille) ; ça laisse rêveur....

Ca me laisse rêveuse ...

12 commentaires:

marie.l a dit…

toujours un plaisir, j'imagine bien, de retourner aux sources...
Bonne semaine à venir Nicole !

nicole a dit…

je vis très mal ce retour....surtout quand plus personne ne vous attend....

Anonyme a dit…

Retour ? Quel retour ?
les départs les partir les au revoir et les adieux il y a toujours des départs et des retours et des angoisses et des coeurs lourds tous ces voyages de la vie ne sont pas rien mais tout cela,et tout cela fini par s'user ou s'adoucir comme le petit caillou dans le ruisseau du temps...

juliette a dit…

coucou maman
je trouve ce texte vachement beau .
l'auvergne me rapelle de très bons souvenirs...
bises
juliette

Anonyme a dit…

Tu as ensoleillé de ta présence les remparts du château Saint Etienne.
Je n'ai pas de mot assez fort pour traduire mon émotion.
Neutron

nicole a dit…

Merci Mr Neutron...
C'est vraiment un joli parc et un bien bel escalier que l'on trouve au chateau
j'ai aimé revenir sur ce lieu qui me rappelle mon adolescence, celle où j'étais justement scolarisée au lycée... je l'ai pris en photo d'ailleurs, j'attends de développer la pellicule et je le mets sur le blog
gros bisous Neutron

nicole a dit…

comme un petit caillou dans le ruisseau du temps...Qui êtes vous Mr anonyme...?
Les départs ne m'ont jamais fait peur, les retours si...Si les choses ont changé, si les choses sont différentes, si et si ... Les retours se font dans tous les sens et parfois c'est même à double sens ...Comme une nationale quand on part en vacances...Et que l'on voudrait que ça dure , que ça dure.... Un peu comme les sentiments amoureux...

Anonyme a dit…

Le parc de ce château est pour moi un endroit inoubliable, elle s'apelle Odette, brune aux grands yeux de biche, nous avions 16 ans et j'embrassais pour la première fois. J'en frissonne encore. Nous étions près de la fosse (qui ressemble à une oubliette mais qui était un réservoir d'eau). Y es tu passé ?
Je n'y suis jamais retourné.
Neutron

nicole a dit…

ce lieux est pour nous chargé de souvenirs... Je ne vois pas o* se trouve "la fosse" ; j'ai cherché l'arbre sur lequel j'avais gravé des initiales (oui oui!!!) pas retrouvé...

Anonyme a dit…

Un message électronique et c’est le passé qui fait la nique.
Les soupirs de cette voix qui parle de ta vie, après un instant de panique,
Je m’en souviens, j’en pleure et j’en ris.
Une cabane sous la table, après avoir défait nos cartables.
Les cavalcades dans l’escalier, jusque chez le Docteur VALET.
Puis la vie nous a éloigné.
Aujourd’hui, tu domptes la peinture, et moi je fais des confitures…
Nous parlons longuement de nous, comme nous jouions quand nous étions un peu fous.
Je suis heureux que tu ais gardé en toi le souvenir de notre enfance,
Je suis fier que tu ais choisi de me les faire redécouvrir.
Merci

nicole a dit…

oui Mr NEUTRON, votre nom est resté dans ma mémoire, pourquoi?
premier contact avec le reste de l'humanité à l'âge de 3 ans...? Ca marque je crois....
ET puis je crois être généreuse pour faire partager ce moment commnun de notre enfance....
Merci à toi

vincent a dit…

Je pense que tu exagère Nicole. La ville d'Aurillac, si elle s'actualise, n'a pas changée, sauf les marronniers devant "le Milk".
Sauf le bois de FAGES sur les hauteurs à côté du PUY COURNIS. Si tu as le temps un jour passe à la bibliothèque ou aux archives. Regarde les gravures anciennes: le bois est déjà là. Sans dec.
Et la météo, faut pas pousser, j'y ai connu des canicules j'te dis pas. T'as pas souvenir de secheresses sur les monts? On aurait dit l'Atlas marocain.
Mais c'est vrai, à part tes parents y a pas grand monde qui t'attend, là-bas. A chaque fois que j'y retourne, les amis, j'les vois pas. Ou j'les reconnais pas.
Si; y a la fille du fromager de MARM. Elle s'est mariée avec le fils d'un riche bouriayre, au FAU, sur la route de Pradine. je la revois de temps en temps.
Les autres, ils sont partis dans d'autres villes. Ils en reviennent quand je ne suis pas là et inversement.
Tiens? On dirait une chanson de Françoise Hardy . SNIFF!!!
Finalement je te comprend un peu.