30 mars 2006

article de Marion Chavot Journaliste à "la montagne"

"De la peinture jusqu’au bout des ongles

Elle peint comme elle respire. Sans réfléchir. Nicole Fraysse expose ses œuvres au musée du Jacquard de Roubaix jusqu’au 5 mai. Un talent à l’état brut. Portrait.

Aurillac – Roubaix. Via Bordeaux. Nicole Fraysse a parcouru beaucoup de chemin depuis 1963. Tant sur le plan personnel, géographique que professionnel. Aujourd’hui, c’est une artiste. Mais elle n’aime pas ce mot. « Je me considère plus comme une plasticienne. Peut-être qu’un jour, j’oserai dire que je suis artiste. »
Son parcours est à l’image de ses œuvres : original. « Je suis partie de chez mes parents à 18 ans, pour faire des études sur Bordeaux. Mais rien ne me plaisait. » C’est à cette époque qu’elle découvre l’art contemporain. Mais sans électrochoc. Il faudra attendre bien plus tard, et de nombreux voyages, pour que dessiner devienne évident. « Quand je suis arrivée à Roubaix, j’ai animé des ateliers d’art plastique, en tant que travailleur social. J’ai commencé alors à peindre de plus en plus. »
Et voilà trois ans, une rupture affective lui fait prendre un nouveau tournant. Le bon. « J’étais dans une période vraiment difficile. Je me suis installée un atelier lilliputien, dans un coin de l’appartement. Et depuis, je n’arrête plus. »
Nicole Fraysse coupe, colle, peint, dessine. Sur des morceaux de bois de préférence. Ses tableaux sont colorés, et se regardent indéfiniment, afin d’être sur de capter toutes les nuances. « J’ai élaboré une série intitulée « Fil à livre ». Il s’agit de livres collés. Auxquels j’ajoute des épices, du tissu et du fil. Le fil, c’est un vrai lien, cela raccorde. »
Depuis un an, la chance sourit à cette quarantenaire désormais bien dans sa peau. Dix emplacements dans un restaurant, une vitrine dans un magasin, et puis cette exposition au musée Jacquart de Roubaix. « C’est une reconnaissance, notamment vis à vis de ma famille. Et puis je fais ce que j’aime. La création, c’est se retrouver avec soi-même. J’adore avoir les mains pleines de peinture et de colle. Oui, je suis heureuse aujourd’hui. »
Nicole Fraysse a cependant encore un rêve : exposer sur ses terres natales. Un voyage dans l’autre sens. Roubaix – Aurillac."

MARION CHAVOT

8 commentaires:

brigetoun a dit…

bravo ! bel article !

nicole a dit…

merci sympa! elle a su retranscrire ce que je lui ai raconté de ce parcours sur la tard!

Papilles et Pupilles a dit…

Cela doit faire plaisir un bel article comme ça !

Anonyme a dit…

La consécration ?
Exposer aux Ecuries rue des Carmes.
Un vernissage avec tes parents.

BRAVO

Neutron

nicole a dit…

Anne, oui ça fait plaisir. Et tout est juste.
Jacques, oui exposer à Aurillac me ferait un immense plaisir et même si c'est dans 10 ans...

marie.l a dit…

je suis très contente pour vous Nicole ! et je vous dis ... pour tout ce qui va suivre
Cordialement

ardvisura a dit…

quel bel article, bravo madame la plasticienne et un jour artiste.

nicole a dit…

merci les filles!! oui je suis contente c'est une jolie reconnaissance et un drôle de hasard ...mais existe il vraiment?