27 novembre 2005

acrylique 2002


"couple"
acrylique 2002

c'est la période où je poussais les meubles du salon , j'étalais de grands draps et je me mettais à peindre ...

2 commentaires:

francis a dit…

c'est très beau, très prenant, très fort.et comme tjrs (ou souvent?!?) chez vous, il y a ce besoin de figuration confronté à une tentative d'en sortir.
c'est sûrement ça qui fait les vrai(e)s artistes: je suis l'autre ou du moins tente de me montrer derrière l'autre.cela touche à l'universalisme et ne peut, à mon avis, relever que d'une démarche généreuse mais...bah! je ne trouve pas les mots aujourd'hui.j'y reviendrai plus tard.

nicole a dit…

merci mais alors là je suis soufflée , et c'est moi qui ne trouve pas mes mots...Je suis bien incapable d'écrire de la sorte!
que dire?
Je me sens petite , là , tout à coup...
Les tableaux que j'ai exposé chez vous cet été révèlent un apaisement c'est vrai.
Ma peinture est intimement liée à ce que je vis ne sachant pas écrire ou plutôt ayant peur de l'écrit, j'ai découvert que je pouvais faire quelque chose avec des couleurs, de la peinture, des crayons ...Chacun y voit ce qu'il a envie de voir et c'est aussi bien comme ça!!!

de là à me sentir " artiste " , non je crois pas; d'ailleurs je ne sais pas ce que ça veut dire. L'aute jour j'ai lu, dans un livre emprunté à la médiathèque qu'un artiste était artiste lorsqu'il vivait de ses oeuvres!!!
Lorsque j'ai exposé dans le salon de coiffure roubaisien, un jour j'ai du appelé et je me suis présentée comme "la dame qui a peint les tableaux..."

Aujourd'hui je fais qq dessins mais j'arrive pas à me lancer dans autre chose; je sature des livres collés mais je ne dis pas que je n'y reviendrai pas , d'une manière ou d'une autre...J'ai des images qui passent dans ma tête. Rien de plus, j'espère juste que cet apaisement avec "fil à livre" durera.