19 décembre 2005

créer






créer créer créer créer créer créer créer créer

2 commentaires:

Anonyme a dit…

A force de frapper l'enclume
de regarder passer les lunes
ils se prenaient pour nos aïlleux
comme s'ils n'avaient jamais été vieux.

La cheminée s'étonne encore,
la charue ne s'éssouffle plus,
il ressemble à ces chercheurs d'or qui auraient un secret de plus.

Sa bouche est sucrée de légendes que l'on déguste comme un festin, un festin qui n'est pas à vendre mais qui se donne comme un matin.

Au marécage de ton passé,
j'irai les pieds honteux,
j'auréolerai de tes années,
celles qui feront de moi un vieux...

Merci à Monsieur Christian DESCAMPS
Neutron

Motard59000 (Fred) a dit…

Bonjour Nicole,

Très jolie ton blog avec de très belles peintures et de très belles phrases. Je devrais aussi faire de la peinture mais bonjour les dégats lol
A très bientôt.
Fred